DONNEZ-MOI LA MAIN !

Publié le 22 Juillet 2014

Le ciel, ce matin, a rendez-vous avec la terre.

Une rencontre imprévue mais révélatrice d’un monde de contrastes.

Les deux univers s’échangent les couleurs qui les différencient. Du bleu lumineux sous le soleil naissant par dessus la chaîne imposante et en même temps rassurante des Pyrénées au vert profond des futaies immobiles dressées sur leurs profondes racines. Cherchant au plus profond des entrailles nourricières le secret de leur longévité.

La sérénité des lieux appelle à la réflexion.

A la méditation.

Loin d’un monde en feu livré à la vindicte incontrôlée.

A la violence aveugle et sans frontière. Mais aussi à l’injustice et la privation du droit légitime à la vie.

Un combat pour des causes hautement louables au nom desquelles l’armement le plus sophistiqué est à la mesure du meilleur mais aussi du pire.

Dans ce déchainement de passions souvent exacerbées, il n’est pas évident de distinguer les bons des mauvais. De se convaincre du vrai ou du faux.

De faire la part entre la bonne et la mauvaise conscience mais aussi la bonne et la mauvaise foi.

Au plus intense de ma réflexion un oiseau, dont je n’arrive pas à définir l’espèce, se réfugie dans le feuillage dense d’un immense mélèze.

Le calme est absolu en son explication diverse et singulièrement métaphysique.

A l’opposé de toute notion de relativité.

Mon Dieu que la montagne est belle dans la meilleure version d’un refrain de Jean Ferrat !

Comment seulement imaginer que là-bas, quelque part à l’Est en ces lieux qui ont vu jaillir la vérité, par la magie incroyable d’un monde intelligent, et cela au travers de textes révélés à quelques privilégiés, la terre puisse à nouveau recommencer d’exploser et de brûler.

Terres de conflits permanents et historiques.

Terres d’exodes à répétitions.

Le soleil a fait place à la lune qui baigne de sa lueur froide et impersonnelle la nature alentours. Atténuant reliefs et couleurs.

La lune qui ajoute au silence et à la méditation.

La nuit s’installe.

Quelques chauves-souris en vols saccadés et faussement désordonnés, de leurs ailes membraneuses sillonnent leur territoire nocturne peuplé d’insectes nourrissants.

La géométrie savante de la chaîne des Pyrénées marque de ses formes singulières la ligne d’horizon.

Une myriade d’étoiles en autant de repères lumineux invite à la rêverie.

Un grondement sourd suivi de plusieurs éclairs éblouissants déchire le firmament et fait trembler la terre.

Ce n’est qu’un feu d’artifice tiré au dessus d’un lieu et d’un environnement de paix avérée.

Il n’y a pas si longtemps à l’initiative de l’un d’entre eux - et non des moindres puisqu’il s’agissait du pape François – des hommes responsables de nations et de convictions différentes acceptaient de se tendre la main dans une même et commune pensée de prière.

On sait ce qu’il en fut… Et combien ont dû se poser la question de savoir : à quoi bon ?

Effectivement et comme le chantait Jean Ferrat :

« Pourtant, que la montagne est belle

Comment peut-on s’imaginer en voyant le vol de l’hirondelle

Que l’automne est arrivé ! »

En formant le vœu qu’à l’automne, et peut-être avant, la paix soit arrivée.

Il n’est pas interdit de rêver. Comportement encore heureux au regard de notre liberté dont Victor Hugo affirmait, dans « Océan », qu’elle commence où l’ignorance finit.

A bon entendeur salut !

Bernard VADON

La sérénité des lieux appelle à la réflexion. A la méditation.  Loin d’un monde en feu livré à la vindicte incontrôlée.  A la violence aveugle et sans frontière. Mais aussi à l’injustice et la privation du droit légitime à la vie. Un combat pour des causes hautement louables au nom desquelles l’armement le plus sophistiqué est à la mesure du meilleur mais aussi du pire...
La sérénité des lieux appelle à la réflexion. A la méditation.  Loin d’un monde en feu livré à la vindicte incontrôlée.  A la violence aveugle et sans frontière. Mais aussi à l’injustice et la privation du droit légitime à la vie. Un combat pour des causes hautement louables au nom desquelles l’armement le plus sophistiqué est à la mesure du meilleur mais aussi du pire...

La sérénité des lieux appelle à la réflexion. A la méditation. Loin d’un monde en feu livré à la vindicte incontrôlée. A la violence aveugle et sans frontière. Mais aussi à l’injustice et la privation du droit légitime à la vie. Un combat pour des causes hautement louables au nom desquelles l’armement le plus sophistiqué est à la mesure du meilleur mais aussi du pire...

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :