REQUIEM POUR LA PLANETE TERRE

Publié le 4 Décembre 2014

REQUIEM POUR LA PLANETE TERRE

Le soleil est descendu derrière la colline,

Longue presqu’île noire sur le ciel gris bleu.

La nuit s’allonge sur la mer.

La lumière blanche de l’écume a la couleur de l’aube …

…. Pour moi tu as aimé les oiseaux du jardin

Où les fleurs du chagrin sont écloses à l’été.

Pour moi tu as aimé la longue plage blanche

Où les poissons empoisonnés viennent agoniser

Longue plage de sable blanc où les coquillages sont enterrés ;

Longue plage de sable blanc où la folie des hommes

Compose un requiem pour la planète.

Sur Key Largo abandonné une pluie chaude et serrée

Impénétrable et sombre se mélange à la mer;

Un éclair aveugle le cœur de l’orage

Et transperce à nouveau

Le puzzle floconneux et mouvant.

Les feuilles s’imprègnent de l’averse.

Le soleil fatigué n’efface plus les traces du déluge.

Des cyprès géants déchirés par la tempête

Dressent leurs formes déchiquetées

Sur un ciel blanchi par la chaleur de midi.

Le soleil plombe les marécages.

Sous la poussée du vent, les arbres, aux troncs torturés,

Courbent leurs têtes roussies sous les nuages de la mort.

Florilège de tempêtes cycloniques

Qui dévorent le temps en interrogations

Et s’écrasent en lendemains incertains.

Sur la planète terre qui se meurt

L’herbe porte la poudre jaune des pourritures végétales

Sur un monde désespéré où le berger de la nuit

Cherche sans plus le trouver le pourquoi de la vie

Les dunes du désert

Blanchissent sous la lumière rose du levant

La palmeraie griffe le ciel pervenche

Et la mer, derrière les dunes,

Trahie sa présence en bouffées d’iode

Portées par la brise matinale.

Dans le silence de l’aube naissante

Le bleu, le vert et le blanc colorent les souvenirs

De la planète terre immolée.

Bernard VADON

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :