Nicolas Bedos chez Laurent Ruquier : un esprit pas très… sain !

Publié le 24 Février 2015

Nicolas Bedos chez Laurent Ruquier : un esprit pas très… sain !

Les chiens ne font pas des chats et réciproquement. Nicolas Bedos est le digne rejeton de son père Guy dont l’humour tout aussi incisif avec des références tout autant anarchistes ne dépassant qu’occasionnellement (ce qui lui valut parfois quelques privations de cité) flirtait prudemment avec la ligne rouge.

Nicolas Bedos a retrouvé son temps de parole dans l’émission de Laurent Ruquier - le rire toujours aussi intelligent - royalement financée par nos impôts pour essentiellement faire la promotion de tout ce qui nourrit l’actuelle société de consommation.

Mélangeant un peu le tout sociologique actuel saupoudré, occasionnellement, de ce pathos indispensable au fonctionnement du fond de commerce, cet homme s’impose par une forme de culot intellectuel manifeste, servit par une incontestable vivacité d’esprit mais aussi un art consommé de la diatribe quand elle concerne des façons de penser ou d’agir qu’il ne partage pas.

Entre les cons et les dingues …

Démagogie quand tu nous tiens !

Et comme il est imbu de sa bonne parole, ce donneur de leçons ne lésine pas sur les sujets du moment.

Avec toujours le mot magique au bord des lèvres, celui qui permet tout et se permet tout. Cette liberté dont tous ces nouveaux penseurs de la rigolade institutionnalisée ont tout simplement oublié qu’elle s’arrête à partir du moment où elle gène les autres.

On brocarde les juifs, les musulmans et pour faire bonne mesure ces cathos et singulièrement ces chrétiens dont on parle moins ou qui font moins parler d’eux sinon entre deux dépêches où l’on apprend qu’on les élimine par dizaines dans certains pays. Broutille, me direz-vous !

C’est bien de décréter qu’il n’y a pas d’un côté les amalgames d’une bande de cons et de l’autre la barbarie d’une bande de dingues en ajoutant qu’entre les deux, il y a des millions et des millions de musulmans et musulmanes français pacifiques, consternés et terrifiés (…) pour lancer, contradictoirement, dans une autre chronique, une véritable, sordide et insupportable chasse aux sorcières sur le thème des religions, chasse sinon débile en tout cas d’une grande injustice au plan de la stricte liberté de conscience si ardemment défendue par M. Bedos et ses amis non-croyants comme il se définit lui-même.

Religieux de tous genres (sic)

Mais de cela M. Bedos ne tient compte que pour célébrer un athéisme que nous respectons plus qu’il ne bafoue et ridiculise ceux qui, à ses yeux, ont la faiblesse de nourrir d’autres convictions. Notamment celles proclamées, laisse t-il entendre, par une armée de mystificateurs – prophètes et apôtres en particulier.

Et d’arriver à cette injonction d’une rare et extrême délicatesse littéraire :

« Religieux de tous genres vous commencez sérieusement à nous casser les C… »

D’élucubrations en élucubrations, sur fond de caricatures (valant aujourd’hui de l’or) des rois de cette liberté d’expression à géométrie variable, l’ami Bedos s’en donne à cœur joie entre sabre et goupillon. Eructant non sans finesse sémantique – histoire d’égarer le pauvres chaland qui passe et ne comprend plus rien à cet assaut de méchancetés et de bêtises – Bedos y va gaiment mais non sans un sentiment de sinistrose de ses souvenirs d’enfance (au demeurant, qu’est ce qu’on s’en fiche) pour justifier l’injustifiable.

Pour déclarer, haut et fort, qu’il a aussi le droit – que d’aucuns, je le rassure, lui accorde – de penser de la manière qui lui convient.

Référence au passage à Paul Claudel … tiens, tiens. Et prononciation soudaine – un lapsus peut-être - du nom vomi : celui de Dieu.

Finalement, et pour rester dans l’élégance du langage « bedossien » on est naturellement tenté de renvoyer la divine réflexion à son auteur qui, lui aussi, avec ses pairs « anards-gauchos », commence sérieusement à nous les casser !

Bernard Vadon

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :