« TARTUFFE » EN PRIME TIME AU MOYEN-ORIENT ! VOUS AVEZ DIT BURQA ?

Publié le 5 Février 2015

 « TARTUFFE » EN PRIME TIME AU MOYEN-ORIENT !  VOUS AVEZ DIT BURQA ?

Son imagination réputée pour être exceptionnelle avait tout naturellement placé Descartes au rang des êtres singuliers, au sens latin du terme.

On pourrait faire aussi et en la circonstance la juste part à Molière et à son planétaire Tartuffe qui n’a pas pris une ride.

En tout cas, une introduction éclairante qui pourrait ouvrir la réflexion bien au-delà de ces exemples reconnus dont le port de la burqa qui, par les temps qui courent, n’est pas le moins préoccupant.

Et Dieu sait combien certaines sphères religieuses - entre autres - comptent de références à la singularité.

Qu’elle plaise ou bien qu’elle choque.

D’aucuns en usent et parfois en abusent non sans délectation, rompus sont-ils à ce genre d’exercice propre à favoriser la singularité. En somme et, quelque part, une façon de ne pas apparaître comme les autres. Aller en quelque sorte du mot à l’adverbe en passant par l’adjectif pour le plus grand plaisir de l’ego.

Et contrairement à ce que pensait Mme de Sévigné. Celle-ci se référant alors à une explication autrement restrictive, il est de fait qu’en ce cas une certaine singularité s’accommode intentionnellement et à merveille de la société au cœur de laquelle elle choisit de se fondre et de ce fait exister. CQFD.

Avec le risque, cette fois, d’abonder dans le sens suggéré par Voltaire considérant peu convenable la singularité lorsqu’elle concerne, par exemple, le langage.

Personnellement, j’adhérerais de préférence et à l’instar de Molière à la singularité lorsqu’elle est associée à la grâce sinon à la mise. Suivez mon regard du côté de chez Tartuffe :

« Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets, les âmes sont blessées. Et cela fait venir de coupables pensées. »

La notion de parité qui parfois et non sans difficulté s’efforce de changer les mentalités, essentiellement masculines sinon machistes, constitue un pas important dans la voie d’une forme d’égalité non seulement entre les hommes mais surtout et tout simplement entre les êtres.

Ainsi et malgré tout mais non sans difficulté, la pluralité continue-t-elle de faire son chemin et par voie de conséquence la singularité féminine donne à cette mutation toute sa dimension humaine.

Une sorte de retour aux origines sinon aux sources de la femme, occasionnellement mère génitrice sans laquelle le monde ne serait pas.

Aujourd’hui, la femme est revenue (nous nous en félicitons) au cœur des préoccupations sociétales. Avec en prime, et malheureusement, toutes sortes de contradictions.

Notamment chez certains orientaux qui s’en référant à des exégèses fantaisistes de nature religieuse ont tout simplement choisi de dissimuler leurs femmes au regard d’autrui.

L’instauration d’une armée des ombres, source de toutes les moqueries possibles, est bien engagée. Quant à la pérennité de Tartuffe, l’œuvre de Molière, son succès moyen oriental est assuré.

Aussi, tout extrême engendrant son contraire, il ne faut pas s’étonner de voir l’épouse du président en exercice des Etats-Unis assister, tête nue, en Arabie Saoudite à la présentation officielle de condoléances. Chacun des dignitaires présents se gardant de saluer la première dame des Etats Unis. Vous me direz qu’elle s’en contrefiche … et quelque part elle a raison – contre tout respect protocolaire ou simplement d’éducation – au nom d’une manière d’affirmer sa liberté d’exister en tant que femme.

Elisabeth d’Angleterre y avait ajouté son grain de sel sur la sourate en question mais avec un rien d’humour british en 1998 lors de la visite en Ecosse du souverain saoudien de l’époque. A l’issue du déjeuner officiel, elle proposa au roi Abdallah de découvrir le domaine de Balmoral. La reine, sans façon et à la stupéfaction du souverain paralysé par la trouille, prit le volant de son Land Rover qu’elle conduisit … sans foulard sur la tête et non sans dextérité.

La preuve, entre autres, que la complémentarité sinon la parité homme-femme est aussi nécessaire qu’indispensable à la conception sociale. A cet égard et si la réflexion visionnaire de Marguerite Yourcenar, dans Les mémoires d’Hadrien, à savoir que rien n’est plus lent que la naissance d’un homme, est avérée, il est à craindre que nos bons amis orientaux ne prennent pas de sitôt – même en marche – le train de la modernité la plus élémentaire et basique soit-elle.

Bernard VADON

Des Etats Unis au Royaume Uni ... la même liberté !
Des Etats Unis au Royaume Uni ... la même liberté !

Des Etats Unis au Royaume Uni ... la même liberté !

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :