Festival international du film de Cannes 2015 Avec un film d’auteur en ouverture : coup de canif dans la tradition et volonté manifeste de la nouvelle présidence d’innover en tous points. Zoom sur une ville au destin d’exception.

Publié le 14 Mai 2015

Cannes en France !
Cannes en France !

Cannes – en France sur la Côte d’azur – mondialement connue et fréquentée – a établi sa réputation sur son climat tempéré, la qualité de ses infrastructures et son expérience en matière économique et touristique.

Depuis 68 ans, le Festival international du film propulse la ville sur toutes les antennes et autres réseaux sociaux confondus de la planète. Elle draine, par milliers et à cette occasion, outre les comédiens et les professionnels du cinéma, le gotha de la presse spécialisée, la noria des cinéphiles.

Il n’est pas un festival cannois qui, depuis sa création en 1946, n’ait pas nourri en son sein quelques phénomènes sociétaux. Cannes c’est en quelque sorte la tribune où l’on s’expose, où l’on manifeste surtout. Et pas forcément sur des questions liées au septième art. Où l’on se révèle aussi dans la création artistique.

Décision étrange

Des films en compétition officielle pour la mythique Palme d’Or aux courts-métrages souvent révélateurs de talents en passant par les salles obscures de la rue d’Antibes prisées par les amateurs sans oublier la Quinzaine des Réalisateurs, Cannes c’est aussi le festival des bonnes surprises.

Il faut ajouter une nouvelle reconnaissance joliment baptisée « L’œil d’Or » qui complète, cette année, la litanie des innovations.

Quant à Catherine Deneuve, elle a ouvert le bal du politiquement incorrect en donnant en pâture – n’est ce d’ailleurs pas son droit en ces moments où on se gave de liberté d’expression à tout va – son ressenti un peu aigre sur la ville de Dunkerque où a été en partie tourné « Tête Haute », le film choisi pour la cérémonie d’ouverture.

Ce dont elle devrait se réjouir et tout les concernés tireront les marrons du feu.

En l’occurrence la décision est étrange et inhabituelle si ce n’est peut-être la volonté de se distinguer en programmant des films certes de qualité mais représentatifs de ce que l’on peut attendre d’un cinéma plus intimiste et finalement en phase avec une certaine réalité. Ce qui n’altère en rien la qualité de ce film.

La réalisatrice Emmanuelle Bercot a été la première étonnée de se retrouver ainsi en haut de l’affiche. Nous aussi.

Cela dit, on peut néanmoins regretter le temps des grandes productions illustrant non sans panache les ouvertures cannoises.

Il est vrai que le nouveau président, Pierre Lescure, n’a pas manqué de souligner sa volonté d‘innover. La preuve – entre autre - au travers d’une présidence bicéphale et d’un présentateur de référence … mais déjà vu l’an dernier !

Originalité, quand tu nous tiens !

Mais Cannes, c’est aussi la défense des grandes causes … en 68 années de présence sur la Croisette et grâce au festival, la ville a servi de vitrine aux plus comme aux moins respectables événements.

Lambert Wilson à son poste de présentateur pour la deuxième année consécutive a déclaré vouloir parler aux femmes … les sujets ne manquent pas et les mots joints à l’image peuvent être percutants.

Il s’avère à nouveau que l’entité cinématographique cannoise n’a pas pris une ride et même si d’aucuns ont tenté de la copier ils ne sont pas prêts de l’égaler.

Complémentarité

Historiquement, au 19éme siècle, les britanniques ne s’y trompèrent pas. Sous l’impulsion d’un notable, un certain Lord Brougham dont le nom sera attaché à celui de sa ville d’adoption - en l’occurrence Cannes – les anglais firent de cet endroit un lieu de villégiature hivernale. Epousant, dans le meilleur sens du terme, cette terre selon eux bénie des Dieux, et lui offrant, en dot, coutumes, traditions et art de vivre dont Albion, qui n’est pas aussi perfide que le clament ses ennemis, a le secret.

Les russes, au lendemain d’une révolution qui bouscula la donne historique mondiale et fuyant la vindicte bolchevique, ont choisi à leur tour de s’installer sur la Côte d’Azur et à Cannes tout particulièrement.

Les uns comme les autres contribuèrent, à leur façon, à métamorphoser ce joyau particulièrement gâté par la nature.

Cannes a ainsi fait du tourisme son essentielle raison d’exister. Avec cette singularité d’associer tourisme traditionnel et tourisme d’affaires.

Une complémentarité qui ne fait pas forcément florès partout.

De fait, cette stratégie de circonstance a facilité son développement par le biais de festivals, de séminaires, de congrès et autres salons diversifiés quant à leur objet et pour le plus grand nombre à vocation internationale, sans oublier les grands événements musicaux dont les fameuses Nuits musicales du Suquet, le festival international de l’édition musicale (midem) et le Festival international pyrotechnique. Le commerce local bénéficiant, en priorité, de cette manne providentielle récoltée tout au long de l’année.

En ce troisième millénaire, la volonté constante de modifier l’image de la ville en l’adaptant aux tendances du moment, apparait comme un facteur de modernité essentielle dont les effets se font sentir au niveau d’une fréquentation de haut niveau.

Une feuille de route que les responsables actuels s’efforcent de respecter et d’adapter aux exigences du moment.

La cité privilégiée des festivals et des sports baignée par une méditerranée généreuse ouvre également son espace privilégié à la navigation de plaisance et au cheval sans oublier la pratique du golf et les parcours de golf de proximité dont les réputés Country Club de Cannes-Mougins et le Golf Country club de Cannes-Mandelieu.

Ville-carrefour-des-entreprises avec pour objectif constant et ambitieux de s’imposer en transposant son identité spécifique d’inspiration californienne au sein d’une Europe du Sud riche et variée Cannes reste, de ce fait, efficacement concurrentielle.

Hors du commun

En ce cas, ce ne sont plus, - et seulement - le soleil, la mer et les stars qui font l’attrait de ce lieu au climat recherché mais aussi la technologie de pointe avec des sociétés de haut niveau tel le pôle satellites d’aérospatiale. A quelques kilomètres de la Croisette – cette promenade mondialement célèbre où se retrouvent le monde des arts et de la culture mais aussi celui de la politique et des affaires - la réputée Sophia-Antipolis, véritable vallée des cerveaux à l’image de la Silicon Valley, est installée à Antibes à deux pas de son cap où se dressent les plus belles unités hôtelières de réputation internationale où les vedettes du festival trouvent refuge.

Conçue sous la forme d’une cité des sciences et de la sagesse, la technopole de Sophia Antipolis regroupe sociétés, entreprises et laboratoires de recherche ( notamment, dans les secteurs de l’informatique, l’électronique, la chimie, l’énergie et la santé sans oublier l’enseignement avec le Ceram ( centre d’enseignements et de recherches appliquées au management ) mais aussi le Centre d’enseignement et de recherche en informatique, l’Ecole nationale supérieure des Mines de Paris, le Centre national de la recherche scientifique ( CNRS) … la liste n’est pas exhaustive.

Cette situation – comme pour la plupart des villes du bassin niçois – constitue pour Cannes, forte de son image internationale en regard de son infrastructure d’accueil exceptionnelle mais aussi de sa position géographique et des axes de communication qui la desservent, un facteur primordial afin que ses hôtes puissent pleinement profiter des avantages d’une cité-station éminemment touristique hors du commun.

Bernard VADON

Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...
Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...
Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...
Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...

Cannes, un destin d'exception; merveilleuse Ingrid Bergman; la Palme d'Or ou la consécration; égale à elle-même Catherine Deneuve; Cannes 1939, une affiche mythique; femmes et toilettes, la beauté en dénominateur commun; Lambert Wilson, femmes je vous aime ...

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :