RAMADAN 2015 : Le printemps de la foi !

Publié le 17 Juin 2015

Il y a une année déjà. Comme si c’était hier.

Chacun pleure à sa façon le temps qui passe, notait Louis-Ferdinand Céline dans « Voyage au bout de la nuit ».

« O temps, suspends ton vol. » lui répond en écho Lamartine dans le fameux poème du Lac.

A seulement quelques heures de l’apparition du premier croissant de lune qui déterminera astrologiquement l’entrée en période sacrée de ramadan, Marrakech, la ville des plaisirs en tous genres, se plonge, non sans paradoxe, au cœur des exigences religieuses.

Souvenirs d’une année à l’autre et symbole de ce renouveau cultuel, la Koutoubia, au tout petit matin de ce retour au jeûne, se nimbe d’un léger voile de brume dressée, telle une imposante gardienne vigilante, aux portes de la médina frémissante d’une renaissance proche.

Plus loin, la Kasbah tout aussi chargée de rumeurs sourdes mais significatives de la vie retrouvée se réveille à son tour.

Il est 5 heures, Marrakech s’éveille.

De chaque minaret s’élève, monocorde, la prière lancinante et riche de ces versets coraniques qui, par leur caractère spécifique, aident le fidèle à trouver Dieu au travers de mots clés - l’Ikhlas et Ihsan - quasiment intraduisibles sinon qu’ils expriment la forme de sincérité et d’excellence exigées par la foi.

RECHERCHE DE L’EXCELLENCE

En clair, le moment est venu de taire ses colères, ses pulsions, ses tendances à l’assoupissement.

De faire aujourd’hui mieux qu’hier pour être encore meilleur demain. Autrement dit, dans le texte, accomplir l’obligation religieuse comme si elle était à la source naturelle de soi-même.

Et cela, en filigrane de l’obéissance à Dieu sur fond d’humilité et de fidélité dans la recherche de l’excellence.

Dans le cas du jeûne, il convient d’y ajouter la notion de solidarité et de partage. D’endurance aussi qu’exige le concept fondamental du jeûne.

Des notions de principe pas faciles à suivre, il faut le reconnaître.

Cependant, toute « obligation » étant une règle, comme telle, elle se doit d’être respectée. Toute la difficulté est là.

En revanche, d’aucuns occultent fréquemment le fait que le jeûne doit être aussi (et surtout) une invitation à la discrétion et à la retenue.

Trop d’exemples regrettables au quotidien nous démontrent l’inverse : comportements exacerbés, quand ce n’est pas le prétexte à la violence; perte de notion de la réalité avec en prime la nonchalance sans oublier le gaspillage alimentaire et l’outrance qui caractérise la célébration quotidienne du jeûne.

LOIN DE LA COUPE AUX LEVRES

Question d’égalité liée au statut social ?

Une égalité supposée des individus dans la vie courante qui évolue avec la piété laquelle détermine, en fin de compte et au seul regard de soi-même, le rapport aux autres sans rien devoir au statut social.

Pas évident en raison de la diversité des intelligences.

En tout cas, une application, pas toujours respectée, du ramadan et de la pratique du jeûne qui en découle.

La raison aussi qui fait que tout le monde n’est pas, moralement, intellectuellement et physiologiquement, à niveau égal pour supporter le choc.

D’où certains dérapages au mépris de la plus élémentaire et théologique sinon humaine tolérance.

Est-il nécessaire de rappeler que le jeûne sinon « l’obligation de jeûne », en trempant les caractères, vise aussi à développer le sentiment de compassion à l’égard de ceux qui souffrent, notamment de la faim, à promouvoir l’esprit de solidarité économique et sociale et enfin à combattre les discriminations et les privilèges indus.

Une profession de foi idéale.

Alors, pourquoi, dans la réalité quotidienne, y a t-il parfois si loin de la coupe aux lèvres et le cultuel inculqué prend-il si facilement l’avantage sur le culturel ?

Peut-être parce que la pratique religieuse n’est pas toujours en adéquation avec la rigueur scientifique sinon une modernité avec laquelle, en la circonstance, il n’est pas aisé de négocier. La thérapie du jeûne, sous cet angle singulier, n’est pas une vue de l’esprit même si l’objectif est différent.

Ainsi, le jeûne dit « laïque », sérieusement appliqué dans le temps avec des prises d’eau obligatoires et mesurées, peut aussi constituer un élément fort de santé publique. Notamment, dans le traitement de certaines et graves affections.

Les russes sont en la matière des pionniers.

Ils ont en effet établi, en matière de jeûne, une relation directe de cause à effet dans un monde de surconsommation alimentaire parfois critique, porte ouverte sur certaines et graves maladies du siècle dont le redoutable cancer.

Une thèse parmi d’autres.

Mais revenons à notre pratique religieuse.

Aujourd’hui comme hier et vraisemblablement demain, la journée sera chaude.

L’obligation – car et n’en déplaise à ceux qui le contestent, c’est une exigence incontournable (exceptées des dérogations d’ordre médical) qui peut valoir punition en cas de non-respect - n’en sera que plus difficile à suivre.

Même si certains soutiennent que de cette obligation peut naître une forme de liberté intérieure.

Personnellement et cela n’engage que moi, ma sensibilité de catholique pratiquant est plus nuancée et plus en phase avec les contraintes liées à la modernité.

Comme chez les juifs et surtout chez les chrétiens avec le carême préparant au temps pascal, l’une des plus grandes fêtes liturgiques, le jeûne est conseillé plus qu’imposé.

Chez les musulmans intellectuellement honnêtes dans leur pratique obligatoire, le ramadan - l’un des cinq piliers de l’Islam - est aussi un temps d’enrichissement de l’esprit et d’une relation privilégiée avec Dieu.

Si tant est qu’on y croie … et sur ce point, je revendique ma foi.

UN BEL EXEMPLE

En cette période, ma pensée se porte chaque année vers cette haute personnalité du royaume avec laquelle j’ai entretenu quelques relations d’amitié et qui forçait mon admiration par sa très belle application du temps de ramadan fait, pour lui, essentiellement de collations frugales lors de la rupture du jeûne, de prière et de longues méditations aussi bien diurnes que nocturnes.

Un bel exemple qui malheureusement – mais ne désespérons pas – ne confirme pas la règle « imposée » au plus grand nombre.

Retour dans le temps avec cette impression retrouvée :

Quand le soleil parachèvera sa lente course vers l’Ouest, à ce moment précis où l’obscurité enveloppera doucement la ville dans son manteau de mystère et dans un silence impressionnant, lorsque par miracle les rues, et tout particulièrement la mythique place Jemaa El fna se videront de toute présence humaine ; que le temps, pour paraphraser le poète, suspendra son vol et que la rupture du jeûne sera consommée, alors, je prendrai le Ciel à témoin d’une sérénité momentanément retrouvée et surtout apaisante de toute une communauté conviée à l’écoute d’En Haut.

Un authentique printemps de la foi.

Le rêve, quoi !

Bernard Vadon

Que la musique adoucisse les tensions ...

Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne. Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne. Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne.
Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne. Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne. Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne.

Imposante et belle Koutoubia de Marrakech en bord de médina frémissante; toute une communauté à l'écoute d'En-Haut et les mets spécifiques lors de la rupture du jeûne.

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :