Le pape François en Equateur : Non à l’individualisme diffus !

Publié le 12 Juillet 2015

Une forme de révolution.
Une forme de révolution.

La chasuble tissée avec des motifs indiens que portait le pape, lors de son récent voyage en Equateur – dans cette Amérique Latine qu’il affectionne et pour cause - ou encore, la seconde lecture en quechua, langue indigène, illustrent, si nécessaire, le principe fondamental d’ouverture que doit appliquer, en toutes circonstances, l’Église catholique.

Une forte exigence chrétienne.

Quant à la visite du Saint Père à la prison bolivienne de Santa Cruz – où règne terreur, violence, corruption et meurtres -, elle a pris une couleur hautement symbolique ne serait-ce qu’en regard de l’emprisonnement de Pierre et Paul, aux premières heures de la chrétienté.

Comme à son habitude, François a singularisé sa présence en insistant sur le fait que les détenus avaient devant eux et en sa personne : « un homme pardonné ». Traduction : Dieu est aussi rédemption. Nous sommes tous pécheurs et nous ne devons pas douter de sa mansuétude et de son amour.

« La douce et réconfortante joie d’évangéliser, la conviction d’avoir un bien immense à communiquer et qu’en le communiquant il s’enracine fait que, quiconque a vécu cette expérience, acquiert plus de sensibilité pour les besoins des autres » a estimé le pape François dans une de ses multiples interventions et homélies.

Ce dernier n’hésite pas à opposer cette façon d’évangéliser à « l’individualisme diffus ».

Ce repli individualiste qui est, pour lui, à la racine de tous les maux de ce monde troublé et perdu: «On le retrouve dans une recherche stérile de pouvoir, de prestige, de plaisir ou de sécurité économique dont les victimes sont les plus pauvres et les plus vulnérables, qui ne perdent pas leur dignité tous les jours frappée», a encore affirmé le pape.

RECREER LA COMMUNION

« Notre réponse n’est pas de faire les distraits, d’arguer que nous n’avons pas les moyens ou que la réalité nous dépasse » fait remarquer le pape aux catholiques,.

Des exhortations de la même veine que celles formulées lors de l’annonce du jubilé de la miséricorde qui doit également contribuer à relancer l’ardeur évangélisatrice dans l’Église :

« Mettre l’Église en état de mission nous demande de recréer la communion, car il ne s’agit pas d’une action uniquement vers l’extérieur. La vie spirituelle de l’évangélisateur ne se confond pas avec quelques moments de méditation même s‘ils apportent un certain soulagement. La rencontre personnelle avec Jésus n’est pas non plus un repli sur soi-même puisqu’elle est nécessairement tournée vers les autres. La tâche de l’unité ne doit pas être confondue avec une volonté de leadership unique. Le manque de compréhension d’autres processus de libération ayant des caractéristiques différentes ne sont pas pour autant antagonistes ».

Et François d’insister sur l’immense richesse de ce qui est varié et multiple et qui, de ce fait, favorise la notion forte de fraternité :

« Celle-ci ne se fonde pas sur le fait d’avoir les mêmes goûts, les mêmes inquiétudes, les mêmes talents. Nous sommes frères parce que, par amour, Dieu nous a créés et nous a destinés, de sa propre initiative, à être ses enfants. Cette fraternité dans sa diversité protège l’Église contre la tentation de propositions plus proches des dictatures, des idéologies ou des sectarismes. Aussi, qu’il serait beau que tous puissent admirer combien nous prenons soin les uns des autres. Comment, mutuellement, nous nous encourageons et comment nous nous accompagnons ».

SE DONNER

Et le pape d’emprunter à l’écrivain philosophe Tertullien cette belle phrase tirée de son livre: "Apologétique » :

« Voyez comme ils s’aiment, voyez comme ils sont prêts à mourir les uns pour les autres ».

Unis, les chrétiens peuvent en effet évangéliser mais sans pour autant se livrer au prosélytisme. Sans prononcer également de paroles pompeuses, ni de termes compliqués. Le pape préfère l’attraction du seul témoignage :

« S’approcher humblement de ceux qui se sentent loin de Dieu et de l’Église, de ceux qui sont craintifs ou de ceux qui sont indifférents. Une sorte de démarche artisanale avec pour objectif l’ouverture du cœur au compagnon de route ; sans crainte et sans méfiance. Impossible d’aller au bout de cette route sans finir par se donner soi-même».

L’évangélisation est une forme de révolution sinon d’acte parfois courageux au même titre que la foi.

Bernard VADON

Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !  Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !  Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !
Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !  Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !  Un voyage chargé d'émotions  fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !

Un voyage chargé d'émotions fortes au travers de ce retour au pays pour ce pape sud américain, de rencontres à tous niveaux et ces détenus de la prison de Santa Cruz et cette phrase symbole empruntée à Tertullien : Voyez comme ils s'aiment !

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :