AMOUR ET CHARITE … ou GENEROSITE : PLUS QUE JAMAIS A L’ORDRE DU PRESENT !

Publié le 21 Septembre 2015

Dieu créa l'homme son image, à l'image de Dieu il le créa... (Michel Ange à la chapelle Sixtine)
Dieu créa l'homme son image, à l'image de Dieu il le créa... (Michel Ange à la chapelle Sixtine)

Il n’existerait pas moins de 14 versions de cette fameuse Première lettre de saint Paul aux Corinthiens qui est un peu la pierre angulaire de tout engagement.

Pas forcément devant Dieu, bien qu’en l’occurrence cette référence ne fasse que renforcer la propension à se donner sans contre partie, mais au nom d’une simple relation humaine.

La traduction biblique à laquelle nous nous référons est une piste intellectuelle supplémentaire sinon académique mais celle d’André Chouraqui – notamment - n’est pas moins intéressante.

Comme les autres, elle s’articule autour de l’un des mots – l’amour - les plus magiques qui soient et dans une signification plus spirituelle que charnelle.

Un sentiment profondément mais pas spécifiquement humain qui s’inspire autant de l’émotion que de l’admiration. Qui se nourrit de chacun de notre être pour aller à l’autre et singulièrement nous revenir.

Aussi, n’est-il pas tellement surprenant de lui voir adjoindre la charité, l’une des trois vertus théologales chrétiennes avec la foi et l’espérance.

De saint Augustin à saint Bernard, ils sont nombreux à s’être fait les chantres inégalables d’une certaine pensée de vie par la dimension philosophique de leurs réflexions mais aussi par la puissance de leur argumentation.

En ces temps d’incertitude où chacun s’interroge non sans quelque angoisse sur son propre devenir et celui du monde, saint Paul, de son temps, donnait la mesure du mot amour aujourd’hui tellement galvaudé et mis à toutes les sauces d’une modernité envahissante qui se croit tout autorisé.

Un amour qui n’est pas seulement et opportunément enfant de Bohème mais une sorte de remise en question personnelle. Une invitation sans concessions sinon celle qui conduit non seulement à la paix intérieure mais aussi à une sensation singulière mais socialement déterminante :

« J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, J’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes :

S’il me manque l’amour, je ne suis rien.

J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés j’aurais beau me faire brûler vif :

S’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

L’amour prend patience l’amour rend service l’amour ne jalouse pas, il ne se vante pas et ne se gonfle pas d’orgueil ;

Il ne fait rien d’inconvenant, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’emporte pas et n’entretient pas de rancune ;

Il ne se réjouit pas de ce qui est injuste mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;

II supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.

L’amour ne passera jamais.

Les prophéties seront dépassées, le don des langues cessera et la connaissance actuelle sera dépassée.

En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.

Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel sera dépassé.

Quand j’étais petit enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant.

Maintenant, que je suis un homme et j’ai dépassé ce qui était propre à l’enfant.

Nous voyons actuellement de manière confuse, comme dans un miroir. Ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement, ma connaissance est partielle alors que ce jour-là, je connaîtrai parfaitement.

Je dirai, au sens propre et vrai du verbe.

Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité mais la plus grande des trois étant la charité. »

Dont acte tout en étant cependant tenté d’y ajouter sinon de remplacer cette dernière par la générosité autrement raisonnée et moins émotionnelle.

Bernard VADON

De Saint Paul à André Chouraqui reçut par Jean-Paul II : "la paix soit avec vous !"De Saint Paul à André Chouraqui reçut par Jean-Paul II : "la paix soit avec vous !"De Saint Paul à André Chouraqui reçut par Jean-Paul II : "la paix soit avec vous !"

De Saint Paul à André Chouraqui reçut par Jean-Paul II : "la paix soit avec vous !"

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :