NOEL, C'EST DEMAIN, ALLEZ TOUS A VOS CRECHES … ENFIN, EN PRINCIPE !

Publié le 5 Novembre 2015

Quelle lus belle représentation de la famille ?
Quelle lus belle représentation de la famille ?

NOEL, C'EST DEMAIN, ALLEZ TOUS A VOS CRECHES … ENFIN, EN PRINCIPE !

Avec cette fête traditionnelle, le temps de la représentation du mystère de la Nativité qui, l’an dernier, perturba les tenants d’une laïcité que l’on pare, à tout bout de champ, de ces vertus qui arrangent en premier lieu ceux qui s’en réclament avec un rare sens d’une tolérance feinte, approche à grands pas. Dans seulement quelques semaines.

L’an dernier justement, on s’en souvient, l’affaire avait fait grand bruit, avec la traduction devant les tribunaux, via une certaine fédération de la libre pensée, des auteurs de ce crime de lèse laïcité ayant osé installer une crèche dans le hall du Conseil départemental de Vendée. Pensez donc !

Ce véritable delirium tremens avait touché les villes de Melun et de Béziers.

Pas question de cautionner le message de paix lancé par le divin enfant aux hommes de bonne volonté. Toujours au nom de la laïcité. Ah, bon ?

Renversants d’imbécilité

Invalidant la procédure des chevaliers de la libre pensée, la cour administrative de Nantes a finalement cassé la décision de justice et autorisé en appel l’installation d’une crèche de Noël dans le hall du conseil départemental de la Vendée.

Qu’en sera t-il cette année ? L’arrêt fera t-il jurisprudence ?

L’installation de crèches dans les lieux publics ne sera t-elle pas, cette année encore, au coeur de polémiques aussi stupides que stériles ?

On ne peut évidemment que souhaiter que le bons sens l’emporte sur une idéologie défendue par des responsables politiques et quelques tribunaux endoctrinés à la sauce laïque qui s’emploient à mépriser un certain patrimoine commun dont la crèche n’est pas le moindre.

Les attendus du tribunal administratif de Nantes qui avait alors interdit la crèche et exigé son démontage sont renversants d’imbécilité. Qu’on en juge :

« La crèche ne respecte pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics, de l'État donc, et ne respecte pas la liberté de conscience d'un citoyen qui, rentrant au conseil général, se voit quasiment imposer un emblème religieux et caractérisé comme tel ».

Bizarre

La doctrinale fédération de la libre pensée n’a semble t-il pas engagé une procédure identique à l’encontre de l’accueil qui fut fait en d’autres temps en mairie de Paris à l’occasion de la fête de Ramadan. Bref, passons.

« Bizarre, bizarre vous avez dit bizarre », comme le déclamait le grand Louis Jouvet dans « Drôle de drame » de Marcel Carné !

En somme, deux poids deux mesures à la manière socialiste dont ce cher président, qui ne passe pas pour être un habitué des sacristies et autres lieux de culte particulièrement chrétiens, doit se régaler en catimini.

Ce sont d’ailleurs les mêmes qui s’offusquent de la montée des communautarismes.

On ne peut faire guère mieux en matière de contradiction !

Quant à la cour administrative de Nantes elle a, en fin de compte, estimé :

« La crèche constituée de sujets représentant Marie et Joseph accompagnés de bergers et des rois mages entourant la couche de l'enfant Jésus s’inscrit dans le cadre d'une tradition relative à la préparation de la fête familiale de Noël et ne revêt pas la nature d'un signe ou emblème religieux ».

Le tribunal administratif de Montpellier a tout autant rejeté la requête de la Ligue des droits de l'homme qui voulait retirer la crèche installée dans la mairie de Béziers. Rideau !

Plus que l’intelligence et la raison manifestées par le plus grand nombre de croyants mais aussi par ceux qui ne partagent pas leurs convictions, on ne peut que se féliciter de cette résistance à une autre forme d’obscurantisme et de rare intolérance ainsi que du refus d’une égalité à géométrie variable.

Tout n’est peut-être pas perdu.

Bernard Vadon

La fête de Noël est inspiratrice de moments forts et d'un charme fou : combien d'enfants attendaient chaque soir cette récompense suprême avant le passage du marchand de sable ? Quels souvenirs et de cela aussi on voudrait nous priver ?

Du rêve à la réalité ou inversement ..."Vous avez dit bizarre", constate Louis Jouvet dans le film mythique de Marcel Carné "Drôle de drame" ... et pourtant tout n'est peut-être pas perdu !Du rêve à la réalité ou inversement ..."Vous avez dit bizarre", constate Louis Jouvet dans le film mythique de Marcel Carné "Drôle de drame" ... et pourtant tout n'est peut-être pas perdu !Du rêve à la réalité ou inversement ..."Vous avez dit bizarre", constate Louis Jouvet dans le film mythique de Marcel Carné "Drôle de drame" ... et pourtant tout n'est peut-être pas perdu !

Du rêve à la réalité ou inversement ..."Vous avez dit bizarre", constate Louis Jouvet dans le film mythique de Marcel Carné "Drôle de drame" ... et pourtant tout n'est peut-être pas perdu !

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0