NOEL 2015 ET SON MESSAGE DE PAIX APPROCHE : Que l’interdit sous prétexte de laïcité soit balayé !

Publié le 16 Décembre 2015

Quand un bon dessin en dit autant qu'un long discours !
Quand un bon dessin en dit autant qu'un long discours !

Avec cette fête traditionnelle, le temps de la représentation du mystère de la Nativité qui, l’an dernier, perturba les tenants d’une laïcité que l’on pare, à tout bout de champ, de ces vertus qui arrangent en premier lieu ceux qui s’en réclament avec un rare sens d’une tolérance feinte, approche à grands pas.

Sophia Aram dont on ne discutera pas ici le talent et le succès– qui peuvent parfois contribuer aux dérapages – a dernièrement sur France Inter nourri sa chronique de considérations un peu faciles sur cet événement ( ne lui en déplaise) qui semble lui poser problème. Même si nous lui concédons que la crèche a plus sa place dans une église ou une maison privée que dans une mairie.

Néanmoins, son positionnement est au demeurant imbécile et déplacé. Nous ne serons pas autrement désagréable envers cette humoriste qui surfe sur l’impertinence et au demeurant la vulgarité avec plus d’aisance que sur le savoir fondamental (d’aucuns se sont amusé à signaler la confusion qu’elle a pu faire entre immaculée conception et conception virginale). Une faute vénielle que nous pardonnerons au nom de l’année chrétienne de la miséricorde.

Pour refaire l’historique, l’an dernier, justement, l’affaire avait fait grand bruit, avec la traduction devant les tribunaux, via une certaine Fédération de la libre pensée, des auteurs de ce crime de lèse laïcité ayant osé installer une crèche dans le hall du Conseil départemental de Vendée. Pensez donc !

Ce véritable delirium tremens avait touché les villes de Melun et de Béziers.

Pas question de cautionner le message de paix lancé par le divin enfant aux hommes de bonne volonté. Toujours au nom de la « sacro sainte » laïcité.

Ah, bon !

Renversant d’imbécilité

Invalidant la procédure des chevaliers de la libre pensée, la cour administrative de Nantes a finalement cassé la décision de justice et autorisé en appel l’installation d’une crèche de Noël dans le hall du conseil départemental de la Vendée.

Qu’en sera t-il cette année ? L’arrêt fera t-il jurisprudence ?

L’installation de crèches dans les lieux publics ne sera t-elle pas cette année encore au coeur de polémiques aussi stupides que stériles?

Quelques-uns, dans le genre n’ont pas loupé le coche.

Ainsi, et entre autres bouffons de service, l’inénarrable François Baroin en remet deux couches et ajoute le timbre particulier de sa voix à la chorale des abrutis qui nous assomment avec une laïcité qui, à la longue et par leur faute, devient insupportable, désagréablement discordante et perd de son intérêt sinon de sa valeur fondamentale. La télévision étatique dans sa séquence météorologique avait déjà donné un coup de chiffon sur le prénom du jour en éliminant la qualité de saint qui le situe religieusement parlant.

On peut évidemment souhaiter (et rêver avec ces gens là) que le bons sens l’emporte un jour sur une idéologie défendue par des responsables politiques et quelques tribunaux endoctrinés à la sauce laïque qui s’emploient à mépriser un certain patrimoine commun, dont la crèche et toute la culture qui s’y rapporte n’est pas le moindre.

Les attendus du tribunal administratif de Nantes qui avait alors interdit la crèche et exigé son démontage sont renversants d’imbécilité.

Qu’on en juge :

« La crèche ne respecte pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics, de l'État donc, et ne respecte pas la liberté de conscience d'un citoyen qui, rentrant au conseil général, se voit quasiment imposer un emblème religieux et caractérisé comme tel ».

Quand la bêtise ou en terme autrement moins élégant s’en mêle, le cœur n’a même plus ses raisons que la raison ne connaît pas.

Bizarre

La doctrinale Fédération de la libre pensée n’a semble t-il pas engagé une procédure identique à l’encontre de la mairie de Paris qui ne place pas la fête de Ramadan dans son contexte religieux.

Tiens, tiens … une méthode discriminatoire de plus en plus française.

Nos gouvernants actuels entendent ratisser large. Tout le monde aura compris la démarche électorale. Et comme un fait exprès, dans l’affaire, la religion a bon dos :

« Bizarre, bizarre vous avez dit bizarre », comme le déclamait le grand Louis Jouvet dans « Drôle de drame » de Marcel Carné !

En somme, deux poids deux mesures à la manière socialiste dont ce cher président, qui ne passe pas pour être un habitué des sacristies et autres lieux de culte - particulièrement chrétiens – doit, en compagnie de son premier ministre (autre pourfendeur de la gent catholique), se régaler en douce non pas de la traditionnelle dinde farcie mais de ce coup bien fourré !

Ce sont d’ailleurs les mêmes qui s’offusquent de la montée des communautarismes.

On ne peut faire guère mieux en matière de contradiction !

Quant à la cour administrative de Nantes (moins stupide et plus réaliste) elle a, en fin de compte, estimé :

« La crèche constituée de sujets représentant Marie et Joseph accompagnés de bergers et des rois mages entourant la couche de l'enfant Jésus s’inscrit dans le cadre d'une tradition relative à la préparation de la fête familiale de Noël et ne revêt pas la nature d'un signe ou emblème religieux ».

Le tribunal administratif de Montpellier a tout autant rejeté la requête de la Ligue des droits de l'homme qui voulait retirer la crèche installée dans la mairie de Béziers.

Plus que l’intelligence et la raison manifestées par le plus grand nombre de croyants mais aussi par ceux qui ne partagent pas leurs convictions, on ne peut que se féliciter de cette résistance à une autre forme d’obscurantisme et de rare intolérance ainsi que du refus d’une égalité à géométrie variable.

Tout n’est peut-être pas perdu.

Et finalement c’est en des endroits où on pourrait mieux comprendre ce genre d’interdit que l’on retrouve cette référence sympathique à Noël. Singulièrement, au Maroc, pays on ne peut plus musulman, où les marchés de Noël font recette

Aussi, en tout état de cause et si je peux me permettre un bon conseil, Noël approche, allez donc tous et sans scrupule – non sans gratifier nos gouvernants du moment d’un immense pied de nez ou autre geste moins élégant - à vos crèches respirer l’air de la vraie liberté et fraternité sans oublier le plus important en ce moment : la paix.

Bernard Vadon

De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !
De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !

De part et d'autres d'une d'une référence à la paix, une fantaisiste de circonstance, Sophia Aram et un homme politique qui aurait bien mieux à faire alors que Noël est célébrée de façon en tout cas sympathique dont le Maroc, pays musulman, n'est pas le moindre !

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0