Ecrire, peindre et composer à Marrakech ...

Publié le 25 Janvier 2016

Elle marqua il y a quelques années le renouveau immobilier de Marrakech ... elle reste une référence dans le genre.
Elle marqua il y a quelques années le renouveau immobilier de Marrakech ... elle reste une référence dans le genre.

Allez savoir pourquoi, mais mon ami, artiste peintre, Philippe Jayat (autrement nommé Hugo) me presse depuis des lustres, de me manifester, à l'exemple d'autres de ses correspondants "facebookiens", en dévoilant (façon sympathique de se mettre insensiblement à nu), mon espace sinon ma "tour d'ivoire" de Marrakech où je m'efforce de combattre, ma plume informatique en bataille, ce fichu syndrome de la page blanche.

Le décor, côté musique et côté bureau : découvrir une image typique de Marrakech "by day" en franglais dans le texte (ce que je déteste) ; poser le regard, parfois et discrètement, sur le rond-point animé, authentique théâtre urbain ponctué en son coeur d'un bruyant et indiscipliné jet d'eau sur fontaine; se laisser distraire par le passage inopiné - sur fond sonore de facture typiquement équestre de claquements de sabots - d'une calèche devant notre résidence édifiée dans le quartier mythique de l'Hivernage, à deux pas de la non moins mythique Mamounia, ... Bref, rêver et s'enivrer d'une vision aux frontières du bucolique, mais qu'importe. Ambiance de toute évidence assurée !

Certes, rien à voir avec le Béarn, notre autre et moins clinquant refuge, aux couleurs Pyrénéennes, tout prés de Pau, fief d'Henri IV, Roi de France et de Navarre, surnommé aussi Henri le Grand et de façon plus caustique "vert galant" pour d'autres raisons cependant tout aussi naturelles, pourrait-on dire.

Un lieu finalement différent mais tout autant source d'inspiration.

Ce qui nous permet, à la manière de Marcel Proust qui posait, dans "A la recherche du temps perdu" , la question de savoir : "Si la musique n'était pas l'exemple unique de ce qui aurait pu être - s'il n'y avait pas eu l'invention du langage, la formation des mots, l'analyse des idées - la communication des âmes", de croire en l'union magique et surtout sacrée des trois éléments de l'expression universelle, les mots, les notes et la couleur. Tous assurément unis et symbolisés dans la représentation du grand livre de la vie.

Original me direz-vous ? Plutôt dogmatique par l'esprit et je vous répondrai sans ambages et sous couvert d'une réflexion de Paul Valéry qui estimait qu'il y a quelque chose de plus précieux que l'originalité, c'est l'universalité. Celle-ci contient celle-là et n'en use pas selon les besoins.

En clair, plus qu'un tout, une entité au sens propre d'une abstraction lavée de toutes imperfections.

Comment ne pas établir un subtil rapport de cause à effet entre les trois formes d'écriture ?

Une ébauche finalement savante de passerelle indicible mais puissante, voie royale et d'exception vers la transcendance.

Bernard Vadon.

Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.
Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.
Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.  Bernard Vadon, côté  salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.

Bernard Vadon, côté salon de musique et côté bureau; entre notes et mots, la symbolique picturale au travers des oeuvres de Philippe Jayat (en bas au centre de la photo) et une passion animale commune favorisent la communication des âmes.

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :