A Marrakech : un gala exceptionnel pour une cause exceptionnelle !

Publié le 8 Juin 2016

Un enseignement général destiné aux jeunes marocaines du bled
Un enseignement général destiné aux jeunes marocaines du bled

A Marrakech, l’association Riad Zitoun, au fil de ces dernières années, reste un passage obligé de l’initiative caritative exemplaire.

Le défi culturel et éducatif est de taille et rien ne laissait alors supposer de sa réussite aujourd’hui reconnue.

Un succès qui porte ses fruits et quels fruits !

Une belle histoire

Historiquement créée en 1953 à Casablanca sous l’appellation de « Dar EL Maâlma » à l’instigation Madame Zhor Sebti l’objectif initial consistait à promouvoir un enseignement général tout particulièrement destiné aux jeunes marocaines afin de leur permettre une intégration totale dans la société active du pays.

A l’origine les autorités royales et singulièrement le Roi Hassan II ainsi que les responsables gouvernementaux de l’époque accordèrent leur précieux concours.

Une belle histoire qui trouvera son prolongement à Marrakech le 12 mars 1998 avec l’inauguration, à vingt kilomètres de la cité ocre, sur la route de l’Ourika, de l’Ecole Riad Zitoun, au cœur de cette plaine du Haouz auréolée de la chaîne majestueuse de l’Atlas.

Le roi Mohammed VI prit ensuite le relai en accordant à son tour et sous différentes formes son soutien à cette institution destinée aux jeunes filles confrontées à la pénibilité agraire et condamnées à un analphabétisme facteur d’ignorance générale.

Un constat intolérable pour la poignée de philanthropes convaincus de cette forme d’injustice et fermement décidés à en découdre avec le sort pour inverser la courbe de cette misère sociale et culturelle.

Le terreau était prometteur.

En témoignent, aujourd’hui, les résultats enregistrés et l’importance grandissante de cette structure d’accueil comptant depuis peu un centre opérationnel de formation aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration avec cette manière de maxime : apprendre un métier, acquérir une indépendance professionnelle et financière.

Le but à atteindre

Mais là, comme ailleurs, le nerf de la guerre ne peut occulter les moyens financiers nécessaires afin que puisse vivre et évoluer une pareille structure.

Les dons certes y pourvoient en partie ainsi que les ventes de tout ce qui est fabriqué dans les ateliers de l’école mais il y a aussi, et je dirais surtout, les événements de toute nature et en particulier artistiques, organisés alternativement à Casablanca et à Marrakech.

Pour ce qui est de Marrakech d’aucuns s’y consacrent durant plusieurs mois et grâce à leurs relations et leurs qualité de persuasion sont arrivés à générer des opérations se révélant vite comme bénéfiques pour les caisses de l’association.

Ce qui est bien le but à atteindre.

Au sein de cette équipe dynamique, Madame Zoubida El Boustani – tout spécialement en charge des Relations extérieures de l’association - a donné tout son temps et mis à disposition son relationnel pour motiver les bonnes volontés.

Il s’agissait en effet de convaincre le plus grand nombre et surtout les instances les plus influentes.

Cette année, c’est la prestigieuse Unesco qui a été sensibilisée.

Aussi, M. Eric Falt, Sous-Directeur général pour les Relations extérieures et l’information du public à l’Unesco n’a t-il pas manqué de préciser combien ce genre d’initiative était important et louable dans un contexte planétaire où la condition misérable de la femme, le plus souvent condamnée à des tâches domestiques peu valorisantes, est récurrente.

M. Falt s’est attaché à saluer le travail remarquable réalisé par l’Association Riad Zitoun soucieuse de redonner courage et espoir aux nombreuses filles au Maroc ainsi qu’à celles vivant au-delà de ses frontières.

Des actions visant à revaloriser la condition féminine sous la forme d’un enseignement spécifique avec pour dénominateur commun la mise en place d’une dynamique culturelle.

Choix judicieux

Pour l’Unesco - organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture - la démarche marocaine est pleinement solidaire de son programme.

Pour cette raison, le choix judicieux du groupe « Chico and the Gypsies », tête d’affiche du dernier gala organisé dans le cadre de l’hôtel Selman, à Marrakech, constituait déjà en soi un événement par le fait de la position, au hit parade international, de ces musiciens et de son leader lui-même membre influent de l’Unesco pour la paix.

Le groupe se produisait gracieusement et la reprise de certains refrains devenus au fil des ans des "standards" ont assurément enflammé l’assistance durant le spectacle.

Quant à la technique déployée pour la circonstance, elle a été digne des grands shows internationaux.

Ce qui ne pouvait qu’ajouter à la qualité musicale de la soirée dont le succès se mesura au nombre important et inespéré de spectateurs.

De quoi satisfaire Mme Zoubida El Boustani qui ne se ménagea pas pour parvenir à ce brillant résultat et qui, non sans émotion, avant le commencement de la soirée, s’en confia au micro avant l’intervention très appuyée, quant à la qualité de l’expression et de l’explication, d’une jeune élève de l’école, sans oublier les vibrants remerciements du représentant de l’Unesco.

Une exposition de tableaux et de sculptures d’artistes peintres vendues au profit de l’association ainsi que de coussins et linge de maison confectionnés par les ateliers de couture, de broderie et de design de l’école, complétait ce magnifique programme dont on peut, sans excès de langage et de jugement, affirmer combien l’histoire de cette association est le reflet parfait du développement de tout un peuple.

Bernard VADON

Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.
Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.
Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.

Des oeuvres d'art de qualité offertes par des artistes peintres et dont certaines sont encore disponibles (dont celle ci-dessus signée Philippe Jayat) un show de facture international gracieusement présenté par "Chico and the Gypsies" pour un public enthousiaste convié à un diner autour de la piscine de l'hôtel Selman.

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :