DEVANT MES FENETRES, UNE EXPOSITION TURNER EN MODE QUANTIQUE

Publié le 12 Avril 2017

Un peintre manifestement éclectique pour qui la lumière était conductrice privilégiée d'énergie ...
Un peintre manifestement éclectique pour qui la lumière était conductrice privilégiée d'énergie ...
Un peintre manifestement éclectique pour qui la lumière était conductrice privilégiée d'énergie ...
Un peintre manifestement éclectique pour qui la lumière était conductrice privilégiée d'énergie ...

Un peintre manifestement éclectique pour qui la lumière était conductrice privilégiée d'énergie ...

 

Joseph Mallord William Turner : on a tout dit et tout écrit sur ce peintre pré-impressionniste à l ‘œuvre impressionnante que j’ai eu l’opportunité et la chance de découvrir, il y a quelques années, lors d’une prestigieuse exposition organisée à Paris.

Depuis cette « rencontre », mon enthousiasme ne s’est jamais altéré.

Tout en écoutant les « Arabesques » de Robert Schumann, face au décor majestueux de la chaîne des Pyrénées, alors que la nature, aux frontières printanières, s’accomplit pour une nouvelle palette de tout ce que les sens peuvent offrir, j’imagine combien ce grand peintre voyageur, magicien de la couleur et de la lumière, aurait été sensible et réceptif à cette célébration du ciel et de la terre.

Une exposition magnifique devant mes fenêtres et en « prime time » si l’on peut dire, en référence dialectique à la naissance de J.M.W Turner sur les bords de la Tamise.

 

 

 

 

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :