CUISINE BONHEUR : la courgette printanière dans tous ses états !

Publié le 14 Mai 2017

D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.
D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive  pour des gourmets exigeants.

D'une nature singulière et attachante à un goutte à goutte ancestral en passant par un étal de circonstance jusqu'à la table festive pour des gourmets exigeants.

 

Courte et discrète escapade dans le Haouz de Marrakech (région de Marrakech –Safi qui regroupe l’ancienne région de Marrakech-Tensift-Al Haouz et les provinces de Safi et de Youssoufia – ancienne région de Doukkala-Abda – avec Marrakech pour chef-lieu) là où l’agriculture est encore omniprésente attestant de ce charme entretenu par une nature singulière et attachante.

On y redécouvre un peu de ce vrai Maroc lui aussi soumis aux volontés d’une modernité qui a de plus en plus de pouvoir quant à affecter jusqu’aux dictons et autres citations légendaires destinés à disparaître du langage familier :

« Chassez le naturel il revient au galop ! »

Fort heureusement, le retour à une certaine façon de cultiver sauve, pour l’instant, le meilleur de ce que la terre, le soleil et l’eau peuvent nous offrir. Même si en matière de bio, ou équivalent, la facture est parfois un peu salée.

Tant il est vrai que la qualité n’a pas de prix.

Enfin, façon de dire !

Famille des cucurbitaceae …

Sur les terres généreuses de Moktar, notre souriant ami cultivateur, le printemps climatiquement chaotique - comme partout ailleurs sur la planète - les légumes de saison tiennent actuellement le haut du panier !

Principalement les courgettes (de la famille des Cucurbitaceae) une plante herbacée choyée par les cuisiniers et cuisinières dont Mina qui a choisi de les décliner en les travaillant sous différentes formes gustatives.

Les fleurs d’abord que l’on trempe (une vieille recette dans le Midi de la France où notre grand mère nous régalait de ce plat simple et goûteux) dans une pâte à crêpe assaisonnée de différentes épices et de gingembre râpé avant d’être plongées, un court moment, dans l’huile chaude.

Elles seront ensuite soigneusement égouttées et séchées.

L’autre partie – la base de la plante - est farcie avec de la viande hachée mélangée à des épices et du gingembre toujours râpé

Ces manières de bouchées sont délicatement disposées dans un plat en verre et passée au four (vingt minutes à 180 degrés).

Au moment d’être servies chaudes, elles seront légèrement recouvertes d’un coulis de tomates également chaud et épicé … sans oublier le gingembre aux verts nombreuses et diverses pour la santé.

Pour compléter ce plat, Mina confectionne des tagliatelles crues avec les plus petites et goûteuses courgettes arrangées au centre du plat et saupoudrées de graines de sésame au moment de les servir.

Elles ajouteront à la fraîcheur naturelle de cette recette.

 

Bernard Vadon

 

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0