L'investissement à Marrakech, un atout économique capital avec la fusion des régions de Marrakech-Safi. Le C.R.I. en pole position.

Publié le 16 Mai 2017

Entre Marrakech, fleuron touristique international et la région de Safi avec en filigrane les richesses du sous-sol dont les phosphates, l'union dans un esprit d'ouverture peut engendrer la force. Entre Marrakech, fleuron touristique international et la région de Safi avec en filigrane les richesses du sous-sol dont les phosphates, l'union dans un esprit d'ouverture peut engendrer la force.
Entre Marrakech, fleuron touristique international et la région de Safi avec en filigrane les richesses du sous-sol dont les phosphates, l'union dans un esprit d'ouverture peut engendrer la force. Entre Marrakech, fleuron touristique international et la région de Safi avec en filigrane les richesses du sous-sol dont les phosphates, l'union dans un esprit d'ouverture peut engendrer la force.

Entre Marrakech, fleuron touristique international et la région de Safi avec en filigrane les richesses du sous-sol dont les phosphates, l'union dans un esprit d'ouverture peut engendrer la force.

 

Pour la première fois, le centre régional d’investissement de Marrakech (CRI) va bien au-delà de ses espérances et le place en pole position.. En effet, la Commission régionale d’investissement et de dérogation a validé pas moins de trente projets pour un montant de plus de 2 milliards de DH.

Un événement, apprend-on, qui devrait débloquer 4.291 emplois stables.

Par ailleurs, ces investissements importants, concerneront sept communes. Ils contribueront à booster l’économie régionale selon la nature de certains projets, d’intention ou de prospection, spécificité qui ne nuit pas à l’intérêt attractif de la région. Au contraire.

Le tourisme, les services et l’habitat composant les secteurs clés de la région Marrakech-Safi figurent en tête de ce palmarès. Il s’ajoute à ces projets, et c’est une première en 15 ans, la construction d’une usine de production et d’exportation de fruits et légumes surgelés sur la commune de Saâda. Celle-ci offrira, à terme, une soixantaine d’emplois et dynamisera le tissu industriel de la région par l’indéniable intérêt suscité auprès des grands groupes nationaux et internationaux.

En tête du palmarès

Une relance de l’investissement qui va bien au-delà de la ville de Marrakech puisque la commission a également instruit, pour le compte de 8 autres communes, quelques dix neuf projets pour un budget de 412 millions de DH avec, à terme, une prévision de 458 emplois.

Le tourisme, comment s’en étonner, figure au premier rang avec douze projets approuvés et s’octroie la meilleure part de ce marché. Ce qui ne retire en rien à la diversité des activités, notamment industrielles ou à caractère plus communément artisanal, qu’il serait souhaitable de voir se développer afin de compenser sinon d’égaler le succès indéniable du secteur touristique soumis, comme partout ailleurs, aux fluctuations d’une concurrence sévère. Et cela, au-delà d’une politique touristique marocaine qui a su rallier à sa cause la clientèle nationale afin de réduire la baisse notable – qui n’est pas, loin s’en faut, catastrophique - de la clientèle internationale

A noter, outre les précédents projets touristiques, celui relatif à la construction, sur la commune de Tamsloht, d’un complexe résidentiel et touristique pour un investissement de 170 millions de DH et 30 emplois à la clé.

Ce dernier se distinguera par son architecture traditionnelle déclinée dans le strict respect des règles écologiques actuelles. L’occasion de démystifier le caractère cité dortoir d’une ville entrant, aux portes de Marrakech, dans la dynamique sociale et humaine souhaitée par le Roi.

D’autres chantiers sont prévus à Safi, une ville qui se singularise par ses richesses minières dont les fameuses réserves de phosphate de Rhamna et El Ganntour (Youssoufia).

En ce lieu, l’O.C.P. concrétisera, cette année, l’un de ses plus importants projet d’investissement avec, notamment, le programme de Gantour-Safi représentant une enveloppe de 51 milliards de DH !

Enfin, sur les dix années en cours, le groupe O.C.P prévoit pas moins de 70 milliards de DH d’investissement qui concerneront les sites miniers de Gantour et Boucrâa ainsi que celui, chimique celui-là, de Safi

Record d’investissement : 67,2 milliards de DH - en 2016

Durant l’année 2016, selon le C.R.I de Marrakech, 4.909 demandes de création d’entreprises ont été enregistrées pour un montant d’investissement de plus de 1,5 milliard de DH générant quelque 8.893 emplois.

Dans le détail, le Centre régional d’investissement de Marrakech-Safi a validé 261 projets d’investissement en 2016, soit 67% des dossiers examinés, pour un montant global de 67,2 milliards de DH et la création de 21.656 emplois.

Toujours selon les chiffres officiels, l’année 2016, par rapport à 2015, a enregistré une hausse de 974% en termes d’investissements et de 178% pour ce qui est des créations d’emplois :

« La répartition géographique des projets confirme le leadership de la préfecture de Marrakech avec un montant d’investissement de 11,7 milliards de DH et 12.673 emplois. Les provinces d’Al-Houz avec 1,8 milliard de DH (2.026 emplois) et de Rehamna avec 1,7 milliard de DH (2.112 emplois) sont loin derrière mais finalement un résultat tout autant remarquable en matière de développement. »

Placée sous la responsabilité de M. Brahim Kheireddine, nul doute que l’équipe actuelle du C.R.I de Marrakech-Safi, partie prenante dans cette politique d’accompagnement à l’investissement, est en droit légitime de revendiquer ce succès.

Bernard Vadon

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0