A ATHENE, LE CENTRE REGIONAL D'INVESTISSEMENT DE MARRAKECH-SAFI AU MAROC ADHERE A L'OBSERVATOIRE ANIMA. OBJECTIF : S'UNIR POUR GAGNER !

Publié le 5 Juin 2017

La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.
La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.
La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.
La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.

La région de Marrakech destination privilégiée à bien des égards a pris son envol sans oublier l'intérêt d'un développement humain dans un secteur propice à l'investissement actuellement conduite par Brahim Kheiredine aux commandes du CRI.

 

Dernièrement, à Athènes, les 15 et 16 mai, dans le cadre de la Conférence annuelle Anima 2017, le Centre Régional d’InvestissementI de Marrakech-Safi, représenté par Saïda Laklai au nom de M. Brahim Kheredine, Directeur du Centre Régional d’Investissement de Marrakech-Safi, (C.R.I) présentait officiellement sa candidature au sein de cette plateforme multi-pays de coopération pour le développement économique en Méditerranée.

En quelques mots, Mme Saïda Laklai a souligné l’intérêt de ce rendez-vous :

« Véritable opportunité d’échanges et d’expériences entre tous les acteurs qui ont en charge la simplification, la promotion et l’accompagnement dans l’investissement. »

Pour la représentante du CRI de Marrakech-Safi, cette rencontre était exceptionnelle quant aux conséquences heureuses qui devraient rapidement en découler :

« Dans ce monde moderne la tendance pour la création de vastes groupements de nations ou d’organismes publics ou privés agissant ensemble dans l’intérêt commun, conduit à une plus grande unité et renforce aussi notre positions dans le développement économique durable et partagé de nos pays respectifs en Méditerranée. »

Une authentique profession de foi affirmée opportunément par la représentante du CRI marocain en ces termes :

« Je crois qu’il est à la fois de notre devoir et de notre intérêt de contribuer à ce renforcement en facilitant la création de l’unité la plus étroite possible. Ainsi, suis-je devant vous pour vous présenter notre candidature dans le but affirmé d’adhérer au réseau Anima. »

Attractivité et développement

ANIMA Investment Network, rappelons-le, est une plateforme multi-pays de coopération pour le développement économique en Méditerranée.

Le réseau ANIMA fédère des agences nationales et régionales investies de la promotion des territoires, des organisations internationales, des associations d’entrepreneurs, des pôles d’innovation, des investisseurs et des instituts de recherche. Piloté depuis Marseille, il est placé sous la responsabilité de M. Khalil Laabidi, Directeur général de FIPA Tunisie.

Sa principale raison d’être est de contribuer à l’amélioration continue du climat des affaires ainsi qu’au développement économique durable et partagé en Méditerranée

Plus communément, comme nous le laissions entendre précédemment, ANIMA Investment Network s’est donnée pour mission de promouvoir l'économie des pays de la Méditerranée tout en favorisant la mise en réseau ainsi que la coopération entre les différents acteurs économiques de la zone euro-méditerranéenne. Pour ce faire, cet organisme a mis en place des outils d'intelligence économique sur les marchés méditerranéens, et parallèlement initie des projets destinés à améliorer l'attractivité des territoires ainsi que le développement des échanges et la coopération économique entre les pays de Méditerranée.

ANIMA Investment Network rassemble quelques quarante agences gouvernementales et réseaux internationaux ; leur objectif visant à l’amélioration du climat des affaires et à la croissance de l’investissement en faveur des régions du pourtour méditerranéen.

Un maquis encore dense

Il ne fait pas de doute que la démarche du Centre Régional d’Investissement de Marrakech-Safi est une valeur ajoutée à la dynamique d’une région particulièrement gâtée en matière d’investissements et dont l’activité ne peut aller que grandissante.

La preuve en est la multiplication croissante des dossiers et la volonté des responsables des centres d’investissement, dont en particulier celui de Marrakech-Safi, d’aller dans le sens des principes prônés par Anima, à savoir d’améliorer la simplification et la promotion des investissements de toutes sortes.

Comme l’a précisé M. Youssef Belmrabat, chef du service développement de la coopération et du partenariat au CRI de la région Fès-Meknès, (qui participait à cette réunion) deux programmes importants sont proposés : d’abord celui de MedValley qui prévoit une enveloppe de 4 millions d’euros sur 4 ans pour le développement des écosystèmes d’innovation en Méditerranée et le programme MedVentures qui consacre 3 millions d’euros également sur 4 ans avec pour objectif l’accélération de 24 clusters et de 36 start-ups du sud méditerranéen.

Un projet – toujours selon M. Belmrabat – qui aura pour avantage de favoriser des partenariats commerciaux et d’innovation entre les pôles sud méditerranéens et européens ainsi qu’entre leurs partenaires et membres. Notamment et outre le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, l’Egypte, le Liban, la Jordanie et la Palestine.

Un volet particulier a été suggéré lors de cette rencontre, il concerne la façon diffuser une culture d’entreprenariat et de leadership auprès des jeunes sans oublier les initiatives qui pourraient aider à avoir une nouvelle vision sur leur potentiel.

A ce propos, Mme Candace Johnson présidente d’Eban (European trade association for early stage investors ) a fait remarquer combien les solutions aux problèmes du monde d’aujourd’hui appartenaient aux entrepreneurs du Maghreb, du Moyen-Orient et de l’Afrique.

Enfin, pour sa part, Vladimir Rojanski (DG de la Near à la Commission Européenne) a insisté sur l’importance de la création d’emplois et celle du développement des PME et des start-ups.

Il s’ajoute l’accompagnement des investisseurs dans le maquis encore trop dense et compliqué de réglementations d’un autre âge.

La rigueur est essentielle mais la part de psychologie aussi pour comprendre d’un côté et faire comprendre de l’autre.

Il semble que la nouvelle génération de fonctionnaires, surtout à haut niveau, est à même d’assimiler et de mettre en pratique une autre méthodologie.

Comment ne pas en accepter l’augure.

En tout cas, la tendance à la hausse des dossiers et une meilleure approche dans leur fiabilité témoignent de cette volonté et surtout de ce progrès.

 

Bernard VADON

 

PS – Un appel à projets a été lancé par le Comité provincial du développement humai de Mediouna à l’intention des acteurs locaux (collectivités locales, chambres professionnelles, associations, sociétés de personnes, groupements divers d’acteurs de développement humain (GIE, coopératives ) désirant bénéficier de l’appui du programme transversal de l’initiative nationale pour le développement humain visant le financement des projets à fort impact sur le développement humain dans les communes rurales et les quartiers pauvres non ciblés par les autres programmes au titre de l’exercice 2017 à formuler leurs demandes.

Les candidatures seront adressées à M. le Gouverneur Président du Comité provincial de développement humain par dépôt direct au bureau d’ordre de cette province contre récépissé.

Date limite de dépôt des dossiers 30 juin 2017

 

 

 

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :