Un douar du sud-ouest marocain en quête de modernité : Un bel exemple de solidarité. Aidons-les.

Publié le 9 Octobre 2017

 

Selon le philosophe André Comte-Sponville :

« La vraie générosité envers l’avenir consiste à tout donner au présent »…

Assurant dans le même temps, que si la philosophie ne guérit pas, elle peut rendre heureux.

Une belle et honorable réponse à l’égoïsme planétaire ambiant. Et on sait combien, en ce domaine vital, longue est la distance de la coupe aux lèvres !

 

Aït-Aazzi, il se nomme !

C’est en tout cas l’une des raisons pour laquelle je n’ai pas hésité l’offre qui m’a été faite de prêter modestement mon non moins modeste patronyme à des fins associatives. Et cela, tout en étant conscient de ne pas être, quelle évidence,  le roi de Prusse, pour accompagner, sinon encourager, une équipe de bénévoles aux prises avec les difficultés de toutes sortes mais soucieux d’apporter un peu de bien-être aux habitants de leur jolie douar du sud-ouest marocain – dans l’Anti-Atlas – et figurant, sur les cartes géographiques, sous la non moins sympathique appellation d’Aït Aazzi.- Région de Talouine -Taroudant.

Les associations qui proposent leurs services et leur aide sont pléthoriques mais la demande et les exigences le sont autant, sinon plus.

Chacune ayant sa manière de fonctionner avec plus ou moins de moyens et de soutiens financiers et physiques.

 

L’association Aïmaten

Ainsi, à seulement quelques kilomètres de cette oasis adulée, c’est une tout autre vision qui s’impose même si le décor n’est pas dénué de charme. Singulièrement, et comme le précisions précédemment, le douar Aït Aazzi dans l’Atlas as-Saghir, région de Taliouine  - Taroudant.

 

Conscients de la multiplicité des besoins de toutes sortes les habitants et principalement les jeunes du village ont constitué l’association Aïtmaten signifiant en langue berbère, les frères. Une appellation évocatrice et surtout une belle démarche sociale qui a déjà commencé de porter ses fruits.

 

Hassan Nizdar l’un des animateurs au nom du président Mohamed Houcine, donne le ton de l’action de cette association qui existe depuis plus de 15 ans :

« L’urgence était motivée par le manque d’eau mais aussi d’électricité sans oublier les routes d’accès au village, explique Hassan qui poursuit :

 

« Pour ce qui est de l’approvisionnement en eau, les habitants du village étaient obligés d’effectuer de longs trajets pour aller remplir quelques outres et bidons indispensables à la consommation des familles. Nous avons alors décidé, dans un premier temps, de sonder le sol pour trouver une source avant de creuser un puits complété par une bâche à eau et d’établir un réseau de canalisations afin d’amener le précieux liquide dans chaque maison. Ce fut un premier pas important dans l’approche d’un confort légitime. »

 

L’association s’est ensuite attelée au problème de l’électricité.

La mise en service d’un groupe électrogène a permis dans un premier temps d’éclairer le village et les maisons avant que ceux-ci ne soient raccordés au réseau électrique national.

 

Si la connexion à internet pose encore un problème, des études sont en revanche bien avancées pour ce qui est de l’amélioration du réseau routier et de l’assainissement.

De la même façon, la condition féminine est prise très au sérieux. 

A ce propos, un centre culturel et artisanal leur est promis et parallèlement, pour le moment, des collectes de vêtements sont annuellement proposées.

Quant à l’activité sportive, elle est, comme en beaucoup de régions au Maroc, particulièrement développée.

Des rencontres sont ainsi régulièrement organisées dans le but précisément de susciter chez les jeunes l’esprit de compétition.

Enfin, le terrain du village est opérationnel seuls font encore défaut, les aménagements.

A vos bourses, donc ! (1)

 

La notion de partage

En ce village du bout du Maroc, la notion de partage est manifestement et étroitement associée au verbe donner.  Qu’il s’agisse de soi même ou d’un simple geste matériel au demeurant sympathique mais pas forcément pénalisant pour la situation du donneur.

La seule différence résidant dans la part de son bien que l’on abandonne sans pour autant se dépouiller de sa totalité.

Une singularité impliquant une autre notion, celle de la réciprocité.

Le don est en ce cas autrement plus fort que le partage sans pour autant enlever au premier geste sa dimension et sa pleine signification humanitaire.

Dans le monde musulman, on sait aussi ouvrir sa porte et offrir son hospitalité à celui qui frappe.

Mais au-delà de cette louable attitude on pourrait à leur avantage faire référence à la pensée de l’acteur, réalisateur, scénariste et chanteur américain, Léonard Nimoy,  qui incarnant, on s’en souvient,  le docteur Spock dans la fameuse série « Star Trek »  déclarait :

« Plus on partage, plus on possède ! »

 

Je peux vous assurer de l’adoption de ce slogan par les membres de la méritante association Aïmaten qu’il n’est pas interdit de soutenir dans les domaines de l’aménagement urbain, comme dans celui des dispensaires ou encore du sport et de la culture.

Quant à moi je ne peux m’empêcher d’évoquer la mémoire d’un héros d’exception – Gandhi - et de l’une de ses louables volontés : 

« Je ne veux pas que ma maison soit murée de toutes parts, ni mes fenêtres bouchées, mais qu’y circule librement la brise que m’apportent les cultures de tous les pays. »

 

Bernard VADON

(1) Contact : Hassan Nizdar association Aïtmaten, DR Aït-Aazzi Jamat Azrar – Taliouine – Taroudant.

Tel – 00212663068058 -

L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.
L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.
L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.

L'équipe des "frères" ou quand le "foot" se met au service de la communauté sous l'impulsion de son président Mohamed Houssine et de Hassan Nizdar chargé de la communication dans ce décor digne des grandes super productions hollywoodiennes.

Ambiance typique et musicale de cette belle et sauvage région de Taroudant (Anti-Atlas)...

Rédigé par Bernard Vadon

Publié dans #J - 2 - B ( Journal )

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :